Dans ma chambre, il y a :

Une petite table blanche de jardin en métal de mon coté du lit,
Un chevet années 60 en chêne avec de grands pieds compas du coté de Monsieur P.,
"Rosalie" désormais vêtue de ma robe d'un jour,
Un masque de renard, une couronne de princesse, et des colliers confectionnés par les enfants et accumulés sur un présentoir de magasin ancien,
Une huile et 2 gravures sur le thème de Notre Dame de Paris chinés séparément mais qui se retrouvent réunis sur un même pan de mur,
Un gros coussin chat qui somnole sur le lit et que A. Junir me dérobe régulièrement,
Une grande malle de voyage, héritage de famille de Monsieur P.,
Une commode XIXeme ayant appartenu à une arrière grand mère,

... s'ajoute désormais à cette liste à la Prévert, un globe de mariée fin XIXe avec son support en métal doré d'origine.

Longtemps, je n'ai pas aimé ces "reliquaires domestiques" auxquels je trouve, encore aujourd'hui lorsqu'ils sont complets avec cousin de velours rouge, couronne de fleurs en cire et autres souvenirs de noces, un coté un peu morbide.
J'ai pourtant craqué pour celui ci, lors de notre brocante dominicale en famille.
Chiné ce matin, nettoyé longuement et précautionneusement cet après midi, et rempli ce soir de fleurs en crépon "hand made" offertes par les enfants à l'occasion d'une précédente fête des Mères, il démarre une nouvelle vie sans être, finalement, trop détourné de sa fonction initale.

Au final, je crois que ma chambre me ressemble assez...

IMGP0398 IMGP0399

 

IMGP0402 IMGP0404

* La tradition des globes de mariée a pris son essor en France sous le Second Empire avant de disparaître après les années 20/30.
Le lendemain des noces, la mariée déposait sur le coussin en velours contenu dans le globe, sa couronne de fleurs ainsi que divers souvenirs; au fil des ans, d'autres éléments relatifs à la famille pouvaient y être ajoutés.
Les motifs décoratifs du support en laiton doré ainsi que les miroirs revêtent un sens symbolique.